, par Christophe Delattre

C’est la plus belle fête du monde pour nombre de petits mioches dévalant les escaliers quatre à quatre, le matin, avant de plonger en hurlant sous un (faux) sapin bavant de couleurs et de lumières, les mains avides de cadeaux et de chocolat. Et reconnaissons-le, il y a sans doute là parmi les plus beaux souvenirs de notre vie. Mais, à l’origine ainsi que pour tout chrétien, Noël est avant tout une fête religieuse commémorant la naissance d’un certain Jésus-Christ. Vous l’avez compris, nous allons nous intéresser aux aspects historiques de cette fête…

L’origine de Noël

Même s’il existe par-ci par-là, avant 354, quelques témoignages de commémoration de la naissance de Jésus à des dates diverses du calendrier, force est de constater qu’il n’existait pas, pour les premiers chrétiens et leurs premiers descendants, de coutume se rapportant à cette fête. La notion même d’anniversaire de naissance était absente de ces sociétés, si ce n’est pour quelques rois ou empereurs. D’ailleurs, bien peu de personnes étaient en mesure de donner leur date de naissance. Pensez simplement au fait qu’en France, on ne fête les anniversaires de monsieur tout-le-monde et de ses enfants que depuis le début du XXème siècle.

il faudra donc attendre plus de trois cents ans pour voir apparaître cette fête de la nativité (qui allait plus tard donner Noël en français, par déformation du latin Natale, lui-même dérivé de Dies natalis, c’est à dire « jour de naissance ») dans le calendrier liturgique chrétien où, jusque là, on ne commémorait que Pâques et la Pentecôte. Selon la tradition, ce serait le fait de Tibère, l’évêque de Rome (le pape, si vous préférez), en 354. Il officialise également la date du 25 décembre dont il est fait mention quelques années auparavant. Et c’est l’empereur d’Orient, Théodose II qui codifiera les cérémonies en 425. Il faudra attendre le Xème siècle pour que cette fête se généralise à toute l’Europe (pays slaves en dernier). La crèche apparaîtra, en Italie, à la Renaissance.

cadeaux_noel

Quant à la tradition des cadeaux de Noël, elle semble remonter au XVIIème siècle, uniquement pour quelques enfants de notables et de souverains. Elle ne s’affirmera véritablement qu’au XIXème siècle lorsque la fête religieuse se transformera peu à peu en célébration familiale, ceci étant censé représenter les offrandes des bergers et des mages à l’enfant Jésus. Et c’est d’ailleurs pourquoi dans certains pays, comme l’Espagne ou l’Italie, on offre plutôt les cadeaux au moment de l’épiphanie, le 6 janvier.

La date de naissance

Il ne fait guère de doute que Jésus ait existé, ou plutôt Yeshoua, ainsi qu’il devait se nommer : Yeshoua, un prénom commun à l’époque en Galilée, contraction de Yehoshua (Josué), d’origine hébraïque même si la langue parlée était alors l’araméen, langue cousine de l’arabe actuel. Pour en finir avec l’étymologie, le mot « christ » vient du grec christos, lui-même une traduction de l’hébreu mashiah (messie), signifiant « oint », « huilé » (ce qui est plus graisseux que gracieux en français). Cela se réfère en fait à une ancienne tradition hébraïque consistant à déposer une goutte d’huile parfumée sur un objet ou la tête d’une personne pour le consacrer à Dieu. Ce fut notamment le cas des rois de Juda (David et sa lignée).

Concernant sa date de naissance, les évangiles ne nous aident guère. Ils furent écrits par la deuxième génération de chrétiens, voire la troisième, une quarantaine d’années après la mort de Jésus pour les synoptiques (Marc, Luc et Mathieu) et une soixantaine d’années, voire plus, pour l’évangile de Jean. Il s’agit donc de la retranscription tardive, en grec, d’une tradition orale existant entre les premiers groupes d’adeptes (que l’on ne nommera « chrétiens » qu’à la fin du premier siècle).

nativite

Il y a fort à parier que Jésus, lui-même, ne connaissait pas sa date de naissance. Comme indiqué plus haut, une date de naissance n’avait pas l’importance qu’on lui donne aujourd’hui. A ce sujet, même la plupart des grands hommes ayant marqué cette époque de leur vivant (ce qui n’était pas le cas de Jésus) ne nous ont pas laissé cette information.
Si tant est qu’il y ait une historicité dans la nativité présentée par les évangiles (seuls Luc et Mathieu en parlent), la présence de bergers dans cette région tend à placer cette date au printemps ou à l’automne. Quant au lieu, beaucoup d’exégètes doutent que ce soit Bethléem en Judée, le village où naquit le roi David, et où justement devait naître le messie selon l’ancien testament. Cela laisse à penser qu’il s’agit là d’une rédaction plus théologique qu’historique. Ils privilégient plutôt la région de Nazareth en Galilée, foyer de la famille de Jésus. Enfin, peu importe.

Bref, vous avez compris que l’on ne connaît pas la date de naissance de Jésus-Christ, et qu’on ne la connaîtra jamais.

La date de Noël

C’est donc en toute liberté qu’au IVème siècle, la date commémorant la nativité fut placée au 25 décembre. Et ce n’était pas un hasard.

Dans le monde romain de cette époque, le 25 décembre, était célébré le Dies Natalis Solis Invicti, c’est à dire la date de naissance du Sol Invictus, le Soleil Invaincu. Un rite dont la tradition remontait au mythe perse de Mithra. Il s’agissait alors du solstice d’hiver, le moment où le jour recommence à croître. Et ceci correspondait également à diverses fêtes dans les cultures celtes ou germaniques. Le but était donc clairement de supplanter ces rites païens, même si, pour les chrétiens, la symbolique de la « renaissance » du soleil a dû également jouer un rôle dans le choix de cette date.

sol_invictus

Là, si vous êtes attentif, vous allez me dire que le solstice marquant le début de l’hiver, c’est le 20 ou le 21 décembre, pas le 25. Et vous avez raison. Cela est dû au calendrier julien qui fut utilisé jusqu’au XVIème siècle pour calculer l’année solaire et qui, malgré ses qualités, avait un léger décalage avec la véritable année solaire (8 jours d’écart par millénaire). Il fut remplacé par notre actuel calendrier grégorien mais, entre temps, le glissement des jours avait fait son effet, même s’il fut rattrapé en partie par la suppression de dix jours (on passa directement du 4 octobre au 15 octobre 1582). Il est à noter qu’en Russie, le calendrier julien fut conservé : c’est pourquoi, aujourd’hui, les Russes fêtent Noël lors de leur 25 décembre qui, pour nous, tombe un 7 janvier ! C’est aussi pourquoi la Révolution d’octobre a débuté le 7 novembre 1917 mais là, on s’écarte carrément du sujet.

L’année de naissance

Concernant l’année, Jésus-Christ est censé être né en l’an 1 (il n’y a pas d’année zéro). N’espérez pourtant pas fêter en 2015, le 2015ème ou plutôt le 2014ème anniversaire de celui-ci. En effet, au VIème siècle, le moine Denys le Petit (j’adore son nom en latin : « Dionysius Exiguus ») a commis une exiguus erreur alors qu’on lui avait demandé de déterminer l’année de naissance du Christ afin d’établir un calendrier chrétien, c’est à dire le calendrier romain (julien) dont l’origine devenait désormais l’année de naissance de Jésus. Reconnaissons qu’à sa décharge, il n’avait pas les moyens dont disposent aujourd’hui nos chercheurs.
Des anachronismes apparaissent en effet si l’on tient compte des informations présentes dans les évangiles, et notamment le règne d’Hérode Ier qui s’achève en -4 avant JC alors que Jésus est censé être né pendant ce règne. Selon les historiens actuels, la naissance de Jésus-Christ se situerait entre les années 7 et 4 avant… Jésus-Christ !

nativite2

Voilà, c’en est fini de cette petite note savante qui vous permettra d’égayer votre réveillon entre les blagues graveleuses du tonton et le super karaoké de Tino Rossi, ou la messe de minuit, c’est selon…

Quant au Père-Noël, nous l’aborderons – dans une cheminée ? – l’année prochaine.

Et bien sûr… Joyeux Noël à tous !

Partagez et commentez

Si cet article vous a intéressé, n'hésitez pas à le partager par mail ou sur Facebook, Twitter ou Google+, en cliquant sur le bouton correspondant :

Si vous souhaitez commenter, apporter une contribution ou poser une question, cela se passe ci-dessous ou sur la page Facebook de Carb.one (dans le post concernant l'article).
Si vous préférez déposer un commentaire plus général sur ce site, vous pouvez vous diriger vers le Livre d'Or de ce site.
Vous pouvez également participer à l'hébergement de Carb.one avec un don même très minime (et, croyez-moi, ça aide).

Et mille mercis pour l'intérêt porté à ce travail !

  Catégorie(s) : Divers

Commentaires

  Commentaire(s) : 4

  1. Salut Christophe
    je viens de comprendre pourquoi on parle du pére nadao en patois Corrèzien. Natalité, nadal en occitan.

  2. Merci pour cette note de Noel précise et documentée. Les coptes orthodoxes (églises d’Afrique; Egypte, Soudan, Ethiopie, Erythrée) aussi célèbrent Noel le 6 janvier au soir.
    C’est quoi l’histoire du 7 novembre 1917?

    • Christophe Delattre

      Vous avez tout à fait raison pour les Coptes (calendrier julien également, avec quelques variantes). Pour le 7 novembre 1917, il s’agit du début de la 2ème révolution russe qui allait permettre au parti bolchevique de prendre le pouvoir, et que l’on appelle communément la « révolution d’octobre » (car, pour les Russes, on était encore en octobre).

Ecrire un commentaire